Quand on part en voyage, on a forcément des idées-reçues sur le pays que l’on va visiter. En écumant les blogs, je m’étais fait une petite idée de ce qui m’attendait en Chine. Et si certaines choses se sont révélées vraies, d’autres en revanche ne l’étaient pas forcément. Et plutôt dans le bon sens ! 

 

Le bruit (et la vie !) qui est omniprésent et qui ne semble pas gêner les chinois

J’avais lu que la Chine était bruyante mais je ne m’attendais pas forcément à autant de bruit “fait exprès”. Je pensais que le monde, les bruits de la ville, le trafic élevaient le niveau sonore et c’est vrai. 

Mais en dehors de ça, il y a d’autres choses qui m’ont beaucoup plus surprise. 

La première chose, c’est que les chinois parlent forts. Au téléphone, ou en face à face à 50cm l’un de l’autre, le niveau de décibel peut atteindre des records. Alors quand un groupe de touristes chinois débarquent pour contempler le même paysage que toi, le mot tranquillité devient tout relatif. 

bruit chine voyage

La deuxième chose, ce sont les téléphones portables. Le concept d’écouteurs semblent avoir complètement disparu et chacun écoute sa vidéo ou ses messages vocaux en haut-parleur (et souvent à fond). Il faut s’y faire car ça ne semble gêner absolument personne de suivre trois émissions à la fois tout en écoutant les conversations du voisin. 

Et enfin, la palme du bruit pour pas grand-chose (enfin de notre point de vue !) revient aux hauts-parleurs des boutiques. Dans les supermarchés, chaque rayon possède son haut-parleur qui diffuse des publicités (enfin, on suppose car on ne parle pas chinois). Pour nos sensibilités, cela devient vite insupportable et les seules fois où je suis allée dans un grand supermarché, j’ai fait le plus vite possible pour ne pas perdre un tympan. Quand aux boutiques qui donnent sur la rue, les marchands parlent très souvent dans un micro relié à une enceinte portative. Là encore, le niveau de décibels dans les rues commerçantes peut vite devenir très élevé. 

En arrivant, je ne vous le cache pas, on se sent un peu agressé. Mais au final, on s’y fait ! En fin de séjour, on regardait d’ailleurs régulièrement nos vidéos en haut-parleur dans le train. C’est vrai que pour suivre à deux, c’est plus pratique ! 

 

La saleté dans des villes qui restent toujours propres !

Oui c’est un paradoxe mais vous allez très vite comprendre pourquoi. Avant de partir, j’avais lu que les chinois étaient sales et qu’ils crachaient H24 par terre. En pratique, c’est vrai surtout dans le nord de la Chine car j’ai vu beaucoup moins de gens se racler bruyamment la gorge pour pondre un gros mollard en allant vers le sud. Dans le métro et les trains, il y a même des avertissements qui demandent de ne pas cracher par terre. Les gens crachent donc… dans les poubelles !

Mais sinon, au niveau saleté, ce n’est pas forcément plus choquant que dans certains endroits en Europe où les gens jettent leurs déchets par terre. 

propreté ville chine

En revanche, les villes sont hyper propres grâce à une armée de nettoyeurs de rue. Ainsi, laver le sol semble être une priorité quasi-absolue dans les lieux publics. A toute heure du jour et de la nuit, des balayeurs enlèvent les feuilles mortes et autres déchets sur les trottoirs. Et au restaurant, quelqu’un passe généralement la serpillère au milieu des clients. On a même vu un camion nettoyer la route à grand renfort de jet d’eau. Résultat : les villes sont hyper-propres et c’est vraiment agréable. 

 

La curiosité et la gentillesse des gens

Apparemment et même si cela évolue, il y a encore peu d’occidentaux qui visitent la Chine, et encore moins en dehors des tours organisés. Du coup, les gens sont très curieux et on se faisait régulièrement dévisager de façon assez poussées dans la rue. 

Mais cette curiosité a un bon côté, c’est que les chinois ont toujours été spontanément prêt à nous aider. Une très bonne surprise puisqu’avant de partir, j’avais lu qu’ils étaient rudes et grossiers. 

les chinois sont gentils

Que ce soit pour nous montrer qu’une place assise s’est libérée, nous aider à préparer nos nouilles ou nous aider à trouver notre arrêt de bus, nous nous sommes sentis vraiment bien accueillis dans ce pays. On a même souvent eu l’impression d’avoir un traitement de faveur par rapport aux autres. Au supermarché par exemple, une caisse a été ouverte rien que pour nous ! 

L’avantage, c’est qu’en Chine, on est souvent complètement perdus. Si au début, on ne savait pas si on pouvait faire confiance aux gens, au fur et à mesure de notre voyage, nous nous laissions complètement guider. 

 

Le froid, partout, tout le temps

On aurait bien aimé le savoir avant de partir : en hiver, toute la partie sud du pays n’a pas accès au chauffage centralisé, qui est géré par l’Etat. Cela vient d’une loi promulguée par Mao (il y a longtemps donc) qui coupe la Chine en deux. Pour faire des économies d’énergie, les habitants au sud d’une ligne un peu arbitraire n’ontpas le droit de chauffer les habitations. Le problème, c’est que dans la partie sud, les températures peuvent quand même passer en-dessous de 0 et que sans chauffage et bien ça pique dans les maisons ! 

chauffage sud chine hiver

Du coup, non seulement on avait froid toute la journée à crapahuter à l’extérieur, mais les restaurants, les boutiques et même nos hôtels n’étaient pas chauffés. Même si nous avons eu des lits chauffants dans certains endroits, au bout de 15 jours, nous avons été vraiment heureux de retrouver un peu de soleil et de chaleur à Hong Kong !

 

Les villes de style communistes

Que ce soit Pékin, Xi’An ou même Zhangjiajie, l’architecture chinoise correspond à peu près à l’idée que je me faisait des villes russes. C’est carré, avec d’immenses avenues et des tours d’habitation de plus de 30 étages. C’est comme si on avait répliqué à l’infini le quartier chinois du 13ème arrondissement de Paris. Du coup, il n’y a pas vraiment de centre-ville pittoresque, même si certains quartiers s’en rapprochent comme le quartier musulman de Xi’An. Il n’y a qu’à Guilin que nous avons retrouvé un centre-ville agréable, mais c’est une cité assez petite, seulement quelques millions d’habitants. 

style communiste ville chine

La voiture est aussi reine et il n’est pas rare que les temples et autres points d’intérêts soient entourés par des ronds-points ou des avenues à 8 voies. Du coup, on a assez peu visité les villes en dehors des sites touristiques mais heureusement, on en a pris plein les yeux dans les parcs nationaux avec des paysages de dingues ! 

temple xi'an