Il y a des jeux qu’on oublie vite (TESO par exemple) et d’autres qui restent. Il y a ceux que j’ai apprécié ces dernières années et ceux qui me viennent spontanément à l’esprit quand je repense à mon enfance.

Fury of the Furries

Quatre petites boules de poil ayant chacune un « pouvoir » différent et une succession de niveaux à la difficulté croissante, voilà la base de Fury of the Furries, le jeu qui a occupé une grande partie de mes soirées de primaire. La plupart du temps, ce n’était pas moi qui jouait mais mon père. Mon frère et moi nous étions assis chacun d’un côté de l’écran pour lui souffler nos conseils. Un genre d’histoire du soir version geek.

Pour vous faire une idée plus précise de ce qu’est ce jeu extraordinaire, voici une petite vidéo.
 

Lemmings

Deux ans avant la sortie de Fury of the Furries était sorti Lemmings, un jeu de réflexion où le joueur est censé sauver le plus de lemmings possible à travers des niveaux qui sont de plus en plus difficiles. Pour cela, on peut décider à tout moment de faire faire à un ou plusieurs lemmings un panel d’action : leur donner un parachute, les faire grimper, etc. Mais attention, les lemmings sont vraiment idiots et ne s’arrêtent jamais d’avancer, quitte à aller au suicide.

Là encore, j’étais trop petite pour jouer quand le jeu est sorti et c’est mon père qui tenait la souris et me demandait ce que je voulais faire. Du jeu par procuration en quelques sortes.

Je vous laisse apprécier la musique !
 

Carmageddon

Quand Carmageddon est sorti, j’avais 10 ans et l’âge de prendre le clavier. Je ne sais pas vraiment ce qu’il lui a pris, mais je crois que c’est mon père qui m’a initié au jeu. A la même période, il considérait que DBZ était trop violent pour moi, mais j’avais sa bénédiction pour jouer à ce jeu ou écraser les gens pour gagner plus de temps est un objectif principal.

Quoi qu’il en soit, je suis maintenant très prudente sur la route et l’idée de rentrer dans un stade de foot pour écraser des sportifs bien en ligne ne m’est jamais venu à l’esprit. Carmageddon est quand même pour moi une référence en termes de jeu de course, avec un gameplay qu’on ne reverra pas de si tôt !
 

Tomb Raider

J’ai commencé à jouer à Tomb Raider au collège, avec une amie. Nous progressions ensemble dans l’aventure, en nous aidant mutuellement, avec le téléphone rivé à l’oreille (oui, depuis on a inventé Teamspeak). Nous avons commencé par le deuxième opus, sorti en 1997.

Mais j’ai également le souvenir d’avoir joué par procuration au premier, toujours assise sur mon coins de bureau. Bref, je ne vais pas vous présenter la saga Tomb Raider, vous connaissez !
 

Blobby Volley

Toujours au collège, un ami m’a fait découvrir Blobby Volley, avec un principe hyper simple : deux boules de gélatine, un ballon, un filet et trois flèche pour se déplacer.

Il n’empêche, Blobby Volley c’était des pseudos arc-en-ciel, des parties de PvP endiablées et une IA plutôt coriace !