Quand je me suis lancée en freelance, je sortais d’un CDI dans une grande entreprise. Autant dire que le rythme de travail était réglé comme du papier à musique et qu’au bureau, il était hors de question d’arriver en baggy-sweat.

Alors quand je me suis mise à travailler de chez moi, je me suis dit que continuer sur ce rythme ne serait pas si mal. La vérité ? Il n’a pas fallu un mois pour qu’une de mes résolutions soit joyeusement piétinée. Et au bout d’un an et demi, c’est une demi-douzaine qui n’avait pas résisté !

 

1. Je garderais un rythme décent

Par rythme décent, j’entendais horaires de boulot normaux, soit à peu près 9h-18h avec une heure de pause pour me changer les idées.

En fait, c’était perdu d’avance, le genre de résolution que tu fais le 1er janvier en sachant pertinemment que tu ne tiendras pas « J’arrête le nutellaaaaa, ouiiii pour de vraiiiiii ».

Il paraît qu’il y a les personnes du matin, et les personnes du soir. Je crois que je suis non seulement du soir, mais aussi de la bonne première moitié de la nuit. Au bout de quelques mois, j’ai décidé d’arrêter de me faire violence et de respecter mon rythme. Le résultat : je fais des horaires décalés de 1h30 par rapport à la plupart de mes clients. Ils s’en doutent (enfin, je me doute qu’ils se doutent, mmmvoyez ?) et ça se passe bien !

 

2. Je ne travaillerais pas le week-end

Je pense même avoir dit vouloir garder mes soirées pour moi (rapport aux horaires normaux et au travail fini à 18h).

Je me suis vite rendu compte que je ne pourrais pas. D’abord parce qu’il y a des périodes de grand rush dans mon activité (vive les 10 bilans de community management à rendre entre le 1er et le 3 du mois), mais aussi parce que je dois bien rattraper la séance d’escalade du vendredi après-midi à un moment donné. La liberté, il faut que je l’assume, même le dimanche !

 

3. Je continuerais à m’apprêter comme si j’avais des collègues

no pant freelance

Freedooooooooom !

 

Alors celle-là, je pensais VRAIMENT la tenir. J’aime m’habiller, me maquiller et me rendre présentable, même pour moi-même. Et j’étais vraiment bien partie. Toute la première année, il n’y avait pas un jour où je n’enfilais pas un pantalon.

Et puis cet été, mon rêve a volé en éclat. Je me suis retrouvé à travailler en T-shirt, parce qu’il faisait vraiment chaud et que de toutes façons personne ne me voyait. A partir de là, amis freelances, je dois vous prévenir, tout s’enchaîne et la tendance est TRES difficile à inverser.

A l’heure actuelle, nous sommes au début de l’hiver et je travaille très fréquemment en baggy et sweat moumoutte ! Ne tombez pas dans ce piège !

 

4. Je ne céderais pas aux tentations

pretend work

Quand on travaille chez soi, les tentations sont PARTOUT ! Ca va du très basique Roland-Garros fin mai (juste un coup d’œil) aux compétitions de jeux vidéo (juste une game), en passant par les Jeux Olympiques (juste une semaine) et même la vaisselle. Oui, cette envie irrépressible d’aller faire le truc que je déteste le plus en matière de tâches ménagères quand ma motivation n’est pas au beau fixe.

Cette résolution était vraiment très difficile à tenir. Et entre nous, si on a accepté les risques du statut de freelance, on peut bien mater une semaine entière juste un peu de Roland-Garros non ?

 

5. Je deviendrais la reine de la prospection

Oui, quand j’ai débuté en freelance, je me doutais bien que j’allais prospecter. J’avais préparé des mails un peu type, des listes d’entreprises, d’associations, d’organismes qui me plaisaient bien. Bref, j’avais commencé avec beaucoup d’entrain à tenir ma cinquième résolution.

En vérité, je ne suis pas du tout une commerciale dans l’âme. Et au final, ma prospection se limite aux réseaux sociaux (Twitter est mon ami). Ca marche, j’ai du travail et c’est bien ça l’essentiel !

 

6. Je ne rechignerais pas devant l’administratif

Ca aussi je m’en doutais bien. Les documents comptables à bien tenir à jour (ça veut dire tous les mois oui oui), les milles lettres que tu reçois et auxquelles tu ne comprends pas toujours tout après ton inscription au régime auto-entrepreneur, le choix d’une nouvelle mutuelle, les impôts qui te font frôler la crise cardiaque en t’envoyant le rappel de CFE alors que tu n’y est pas assujetti (enfin, pas encore), je m’étais presque préparé à tout ça.

Je n’irais pas jusqu’à dire que j’ai une phobie administrative (je paye mes impôts dans les temps, je le juuuuuuuure !) mais en début de mois, quand je dois éditer toutes mes factures et que je sais que je vais y passer 2 ou 3 heures, je rechigne !

 

En dehors de ça, je suis toujours aussi contente d’avoir sauté le pas et de m’être lancé dans ma propre entreprise, avec une seule personne pour me dicter mes horaires de travail, juger mon apparence et me faire culpabiliser quand je  joue avec la sérendipité sur YouTube : moi-même !

Et vous, quelles sont les résolutions que vous avez décidé d’oublier ?