L’Islande, j’en rêvais depuis toute petite, depuis que j’avais lu « Prisonniers des Vikings » il y a une quinzaine d’années.

Mais c’est seulement l’année dernière que j’ai franchis le pas, avec une de mes meilleures amies. Un road trip d’une petite dizaine de jours où les « waouuuuuh », les « oohhhh » et les « haaaaaans » se substituaient le plus souvent aux mots.

 

Un road trip en Islande ça se prépare (un minimum)

Nous sommes parties début septembre, une période où la majorité des touristes est déjà passée, où il ne fait pas trop froid (10° quand même, prévoyez une petite laine !) et où les journées durent encore autant qu’en France.

Comme nous sommes toutes les deux de grandes organisées (ahah), nous avons préféré prendre un peu d’avance histoire de ne pas rester 3h chaque matin à tergiverser sur le programme de la journée ! Nous avions donc un itinéraire avec les principaux lieux que nous voulions voir, ainsi que nos points de chute pour chaque nuit.

En termes d’hébergement, nous avons choisi des auberges de jeunesse, qui sont très confortables en Islande. Elles possèdent toutes des chambres pour 2 personnes avec sanitaires communs pour un budget de 60 à 80€ la nuit. Moins cher, il y a les chambres communes, la voiture camping ou le camping tout court (mais par 10° et sous une pluie parfois abondante, nous avons vite mis ces dernières options de côté !).

 

Le 4×4 c’est rigolo !

Enfin, nous avions réservé le Graal pour visiter l’Islande de fond en comble et avaler des kilomètres : un 4×4 ! Nous nous étions demandé si nous en aurions vraiment besoin, la réponse est OUI ! Si vous allez en Islande, prenez un 4×4 ! En dehors de la route n°1 qui fait le tour du pays, vous en aurez VRAIMENT besoin !

Nous avons opté pour le plus petit et néanmoins robuste 4×4 sur le marché : un Jimny ! Choix que nous n’avons pas regretté car nous avons passé tous les gués sur notre route avec succès ! Je pense que si vous partez un peu plus tard dans la saison, un 4×4 un peu plus haut est nécessaire pour être (presque) sur de passer.

 

N’oubliez pas vos vêtements de pluie…

Bon, vous vous en doutiez, la météo islandaise ne ressemble pas vraiment au mois de juillet sur la Méditerranée. Mais quand même, je suis partie gaiement de Paris sans écharpe et j’ai regretté de l’avoir oublié à partir de 15ème seconde sur le territoire islandais !

Il fait froid donc, mais il pleut aussi. A partir de là, la moindre excursion sans K-way (pour le haut du corps mais aussi pour les jambes) et tu te transformes en éponge à presser copieusement. Je l’ai fait, c’était pas terrible !

 

… Et votre carte bleue !

Enfin, n’oubliez pas de prendre une carte bleue internationale. En Islande, il n’y a pas d’euros mais bien des couronnes islandaises, une monnaie qui a largement été dévaluée pendant la crise. Pour faire simple, 1€ = 150kr. Ca peut être un peu plus ou un peu moins mais ça veut dire que globalement 10€ = 15 000kr et 100€= 150 000kr (oh mon dieu 150000 couronnes !).

Pour vous la faire courte, il y a encore des pièces de 1 centimes de couronne islandaise. Si vous ne voulez pas vous trimballer avec des liasses de billets ou des valises de pièces, la carte bleue est juste indispensable !

 

Ok, vous êtes parés pour découvrir l’Islande ! La prochaine fois, je vous emmène aux alentours de Reykjavik 😉

road trip en islande

En sortant de l’aéroport de Keflavik