Quant on parle de tour du monde et plus généralement de voyage, il y a les partisans de l’organisation millimétrée et il y a ceux de l’improvisation totale. Et au milieu, tout en éventail de personnes qui préparent plus ou moins leurs voyages.

Dans cet article, je vais vous expliquer comment nous avons choisi de fonctionner. Ce n’est pas forcément une recette qui conviendra à tous. Mais en ce qui nous concerne, elle a plutôt bien marché !

 

On part en Tour du Monde !! Oui, mais où et pour combien de temps ?

C’est la première question à laquelle nous avons répondu. Et ça nous a pris pas mal de temps puisque plusieurs mois se sont écoulés entre la décision de partir et la liste finale des pays choisis.

Pour nous aider un peu, on a acheté ce bouquin qui recense à peu près tous les pays du monde. Il donne en une à deux pages une bonne idée de ce qu’il y a à voir dans chaque pays niveau nature, culture ou ville. Mais il y a aussi des notions sur la météo. Bien utile pour ne pas arriver en pleine saison des pluies dans les pays d’Asie du Sud-Est. Ou en plein hiver en Patagonie !

Bref, nous avons fait une liste de pays qui nous tentaient bien et nous avons rentré plusieurs itinéraires possibles sur le planificateur de voyage « A Contre Sens ». En plus de visualiser notre voyage, il donne lui aussi accès aux meilleures périodes pour partir dans un pays. Mais également, très pratique, une estimation du coût du voyage dans ledit pays. Attention quand même à ne pas le prendre au pied de la lettre. Pour le Népal par exemple, les mois en vert correspondaient en fait à la saison des pluies !

planificateur a contresens tour du monde

Comme nous voulions avoir le temps dans chacun des pays visités, nous avons ensuite choisi de passer un mois dans chaque pays. Une durée réduite à trois semaines pour ceux jugés « chers » comme le Japon, les Etats-Unis ou l’Islande. Et augmentée à deux mois pour le Pérou car ce pays a l’air complètement fou.

A partir de là, nous avons construit notre itinéraire final en fonction de nos envies, des saisons et du budget moyen par jour dans chaque pays. Nous avons par exemple abandonné l’idée d’aller en Nouvelle-Calédonie, trop chère, pour passer par les Philippines. Ou encore préféré la Chine à la Mongolie comme pays de départ car nous débutions au mois de novembre.

tour du monde chine

 

Définir un budget et un itinéraire pour chaque pays

Après avoir arrêté notre liste de pays, nous avons un peu plus travaillé sur les itinéraires et les budgets.

C’est en écumant les blogs que j’ai réalisé ce travail. Qu’avaient fait les autres ? Quels sont les points d’intérêts de chaque pays ? Je mettais ça en relation avec nos propres envies. Etant plutôt nature que grandes villes, nous avons par exemple choisi un itinéraire dans l’ouest australien plutôt que dans l’est.

choisir itinéraire tour du monde

Puis j’ai réalisé un budget plus fin pour chaque pays, toujours en m’informant sur les nombreux blogs de voyageurs. Je recoupais également ces informations avec les prix trouvés sur booking ou estimés par rome2rio pour les gros trajets en train ou en bus.

Au final, pour chaque pays, je me suis retrouvée avec un budget découpé en quatre catégories : nourriture, transport, hébergement et activités. Pour le Japon, nous savions donc que nous avions 30€ par jour pour manger, 15€ pour nous déplacer, 15€ pour visiter et 60€ pour dormir. Les recherches ont été un peu longues mais ce système a été hyper pratique pour savoir où on en était dans les dépenses une fois sur place ! Et pour ajuster si besoin.

budget tour du monde

 

Que réserver à l’avance ? Que faire au jour le jour ?

Réserver à l’avance ou tout faire du jour au lendemain ? Une question en forme de dilemme puisqu’elle peut directement impacter le budget. Selon la saison et le type de dépense, booker en avance est synonyme d’économies. Mais cela enlève forcément un peu de liberté.

Nous avons donc choisi de réserver en avance pour les dépenses importantes. En gros, les billets d’avion et la location des vans pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Et dans l’ensemble, nous avons économisé grâce à ces décisions.

préparer tour du monde

En commençant notre tour du monde, nous avions donc nos billets en poche pour aller jusqu’à Buenos Aires. Comme nous avions prévu de passer 4 à 5 mois en Amérique du Sud, nous avions tout le temps de réserver la suite plus tard. Et heureusement car le Covid est passé par là. Et nous n’avons jamais été en Argentine. Pour ce qui est des vols intérieurs, en revanche, nous les prenions au dernier moment.

Et pour tout le reste, nous faisions au jour le jour : les réservations d’hôtels, les réservations de trains, de bateaux ou de bus, les activités, etc. Nous avions parfois moins de choix mais nous avons toujours trouvé des endroits corrects où dormir.

 

En conclusion, un cadre bien utile qui nous a laissé la liberté d’improviser !

La phase de planification nous a demandé pas mal de temps et de recherches et nous ne sommes pas partis en tour du monde sans aucune préparation. Mais au final, nous ne nous sommes jamais sentis contraints par le cadre que nous avions fixé.

Au contraire, le système choisi nous contraignait seulement à changer de pays à la date de notre vol. Nous avions ensuite une totale liberté sur notre rythme de voyage. Même si nous avions préparé des itinéraires pour chaque pays, ils nous ont plutôt servi de guidelines et n’ont jamais été figés dans le marbre. Nous ne les avons d’ailleurs jamais respectés à 100%, souvent portés par les recommandations d’autres voyageurs nous parlant d’endroits imprévus avec des étoiles dans les yeux !