C’est la cinquième fois que je vomis sur ce petit bateau malmené par les vagues, assise sur une chaise en métal. Je me sens mal, je ne peux rien avaler ou boire. Et enfin, ELLES SONT LA ! Alors j’oublie tout et je manque de tomber plusieurs fois avant d’agripper la rambarde. Et elles sont là, des orques, plusieurs, juste devant moi. Récit d’une journée de souffrance à Bremer Bay pour réaliser un rêve d’enfance.

 

Une journée épique pour observer des orques sauvages avec Naturaliste Charters

Comme me l’a très justement rappelée une copine sur Instagram, ce rêve d’enfant date de la maternelle. C’est l’époque où le film Sauvez Willy est sorti et où je suis tombée amoureuse des orques. Je voulais absolument en rencontrer, moi aussi, au milieu de l’océan.

 

Embarquer avec des biologistes marins, direction Bremer Bay Canyon

26 ans plus tard donc, je suis en Australie et je découvre par hasard que c’est la bonne saison à Bremer Bay pour approcher les orques. Le taux de rencontre est de 95%, ce qui est énorme. Et cerise sur le gâteau, les excursions sont menées par des scientifiques qui les étudient tous les ans. C’est l’occasion rêvée, même si cela nous demande un détour de quelques centaines de kilomètres (un détail en Australie).

avis naturaliste charters australie

Nous voilà donc le jour J, installés dans la cabine du bateau. Je suis aux anges et je regarde avec étonnement les centaines de sachets en papier prévus en cas de mal de mer. La biologiste marine nous explique la teneur de ses travaux, on nous rappelle quelques consignes de sécurité. Je pense que la journée va être excellente. 8h en mer à prendre le soleil en contemplant des orques ! Spoiler alerte : je vais vite déchanter.

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’à Bremer Bay, on rencontre les orques au-dessus d’un canyon sous-marin qui fait plusieurs kilomètres de profondeur car c’est là qu’ils viennent chasser. Ils ne sont pas dans des fjords, comme en Norvège par exemple. L’idée, c’est donc de tirer tout droit dans l’océan Indien, jusqu’à ce qu’on ne voit plus que de l’eau à perte de vue. Pour moi, c’était la première fois.

 

Quand le bateau fait des montagnes russes

Et dès que nous avons passé l’angle de la crique où le bateau était amarré, j’ai senti que la journée de rêve n’allait pas être idyllique. Je crois que je n’avais jamais été dans un si petit bateau, au milieu de si grosses vagues. Elles nous passaient littéralement par-dessus. Très très vite, je m’installe dans une chaise, sur le pont arrière et je fixe obstinément la côte. Devant moi, un membre du crew, qui ne se tient à rien, me fait un peu la conversation en travaillant pépouze sa proprioception.

Au bout de cinq minutes, c’est déjà l’heure des premiers vomis autour de moi. Les membres d’équipage et les scientifiques passeront donc la prochaine heure à distribuer des sacs à vomi et à proposer de l’eau. Des amours !

Je tiens le coup jusqu’à ce qu’un drame arrive : la côte disparaît. J’ai juste le temps de réclamer mon propre sac en papier avant de rejeter allègrement café et croissant. A partir de là, ce sera régulier pour moi aussi, comme pour 90% des personnes sur le bateau. Bien malade, je dis à la biologiste que j’espère ne pas subir ça en vain. Elle me répond qu’elle est sure à 100% que nous allons voir des orques. Alors je ne me laisse pas abattre et j’essaye de ne pas succomber à l’apathie provoqué par le mal de mer.

 

Après 1h30 de voyage, la délivrance

Et enfin, après un temps qui me paraît interminable, nous arrivons au-dessus du canyon. Et seulement quelques minutes plus tard, ILS SONT LA ! Boost d’énergie, je me lève, manque de tomber, me rattrape sur un membre du crew qui m’accompagne à la rambarde et ils sont là. La biologiste nous dit qu’ils sont en train de chasser, probablement une baleine. Ils sont pour l’instant assez loin, ils vont vite, ils plongent longtemps mais j’ai déjà des étoiles dans les yeux !

groupe orque bremer bay australie

Après environ une heure, ils sont apparemment repus. Certains surfent sur les vagues, d’autres nous observent en sortant leurs têtes de l’eau. Certains s’amusent même à passer sous le bateau !!! Ils sont tellement proches, tellement grands, tellement beaux ! Je suis toujours malade alors je fais des allers-retours entre les sièges pour vomir et la rambarde. Sous les encouragements du crew à base de « You’re doing great ».

orque curieux australie

Puis les orques se faisant plus rares et l’océan se calmant enfin, je vais m’allonger une petite heure avec mon copain. Une très bonne technique contre le mal de mer. C’est donc régénérée et sans sac à vomi dans la main que je retourne voir une dernière fois les orques. Heureusement, je n’ai apparemment pas manqué grand-chose puisqu’elles ne sont apparues qu’une ou deux fois pendant ma sieste pour repartir directement dans les profondeurs.

voir les orques bremer bay australie

Nous entamons ensuite le voyage retour (au soulagement de beaucoup) sur un océan bien plus agréable. Malgré le mal de mer, je suis toujours hyper heureuse d’avoir fait ce voyage.

 

Quelques conseils pour aller voir les orques à Bremer Bay

 

S’équiper contre le froid

On était bien équipé contre la pluie, mais un peu moins contre le froid. Prenez votre polaire et votre doudoune ! Et si vous avez encore froid malgré votre équipement, demandez au crew de vous prêter une énorme veste de marin.

Prendre des médicaments contre le mal de mer

Si vous savez que vous êtes sujet au mal de mer, prenez un médicament la veille. Personnellement, je ne savais pas que j’y étais sensible. Si vous non plus, vous ne savez pas trop comment vous allez réagir sur un bateau, prenez le comprimé ! Certaines personnes ont été tellement malades qu’elles ont à peine pu profiter des orques.

N’oubliez pas la crème solaire

Il y avait des nuages toute la journée où nous sommes sortis en mer. Mais comme nous sommes en Australie et au beau milieu de l’océan, nous avons quand même pris des coups de soleil. Pensez à la crème !

sortie orque bremer bay

 

Infos pratiques

Quand peut-on voir des orques ? Tous les ans de janvier à avril !

Quelles compagnies choisir ? Il existe deux compagnies qui font la même excursion. Naturaliste Charters est la compagnie historique et celle qui embarque les scientifiques. L’autre est Whale Watch et possède un bateau un peu plus gros (et peut-être plus stable). Nous avons pris la première et nous étions en petit comité sur le bateau ce qui permet de parler avec les biologistes. Le crew a vraiment été aux petits soins pendant tout le voyage. A nous apporter de l’eau, des sachets pour vomir, à nous motiver pour nous lever même quand certains étaient au fond. Sans eux, je n’aurais pas autant profité de la journée.

Combien de temps ça dure ? 8h en tout car il faut une bonne heure et demie pour aller et revenir du canyon. Ca laisse beaucoup de temps pour observer les orques et pour être complètement malade :p

Combien ça coûte ? 385 dollars australiens, soit environ 230€ par personne. Le petit-déjeuner et le repas du midi sont inclus ainsi que des boissons à volonté. Si vous ne pouvez pas les manger, vous pourrez les rapporter chez vous.